Entreprise Globale

Vous disposez peut-être de la meilleure technologie du monde. Si elle ne répond à aucun besoin ou demande humaine, il est probable qu’elle reste à jamais une belle oeuvre… inutile…

L’Histoire économique est jonchée de ces exemples de produits magnifiques sur le papier voué à un destin funeste faute de débouché économique véritable à un moment donné. Citons le supersonique Concorde fin des années 60,  la voiture électrique Vanguard-Sebring CitiCar, en 1974, le PDA Newton d’Apple, au début des années 90, etc.

Réconcilier technique et demandes de marché

De nouvelles solutions surgissent aujourd’hui pour aider les professeurs Tournesol, isolés dans leurs laboratoires, et les praticiens du marché, en contact quotidien avec les consommateurs, à se rencontrer.

Objectif: échanger leurs meilleures compétences et compenser leurs lacunes respectives.

Au début de la décennie, déjà, le site internet Innocentive avait entrepris de mettre en relation les « problem seekers » et les « problem solvers ».

Plutôt que de chercher des semaines l’information qui permettra d’avancer ou de débloquer une situation, le principe consiste à exprimer simplement son problème ou son idée à la communauté des abonnés de Innocentive.

L’espoir ? Que dans la masse des 200.000 scientifiques et professionnels inscrits, l’un d’entre eux détienne la clé et se manifeste.

Open innovation (innovation ouverte)

Innocentive est sans doute l’une des formes les plus approfondie d’open innovation (innovation ouverte) éprouvée à ce jour, puisqu’elle fait appel à la masse (crowdsourcing).

Cette façon de procéder diminue bien sûr le risque et les coûts des processus d’innovation (les « solvers », fixent eux-mêmes le prix de leur intervention, à partir de 5.000 US$, par exemple).

Néanmoins, encore faut-il trouver pied à la chaussure proposée. Ce qui n’est pas garanti…

Les plates-formes d’innovation ouvertes sont, certes. une piste de résolution de problème ou de confrontation au marché. Elles ne sont pas LA formule miracle

Hypios, autre plate-forme d’open innovation de plus en plus populaire…

Il n’empêche. Le modèle gagne en force.

La preuve par une autre plate-forme de mise en relation d’opérateurs techniques et d’acteurs de terrain : Hypios.

Hypios regroupe quelque 150.000 scientifiques a levé plus de 1 million de US$. Quelque 150.000 scientifiques y sont, à ce jour, inscrits.

Pour l’anecdote, un appel y a été récemment  lancé pour trouver une solution afin d’étanchéifier la fuite de pétrole consécutive à l’explosion de la plate-forme pétrolière de BP au large des côtes de Louisiane, dans le Golfe du Mexique.

La transdisciplinarité des solutions proposées est une importante source de créativité, insistent notamment  les fondateurs de Hypios, cités dans un article du quotidien Les Echos. Une question relative a l’extraction pétrolière en eau froide, par exemple, a trouvé une réponse grâce à la proposition d’un spécialiste du ciment »

Des innovations plus proches du marché

Les plates-formes sociales d’innovation ouvertes sont-elles l’avenir de l’innovation ?

Elles méritent en tout cas de s’y intéresser. S’y inscrire, de toute façon, ne coûte rien et peut rapporter.

Ces outils offrent des opportunités, que l’on soit « seeker » ou « solver ».

BetaVine: le modèle d’innovation ouverte dans le mobile

C’est ce qu’à compris à son tour l’opérateur mobile Vodafone avec sa plate-forme BetaVine.

BetaVine met en relation des opérateurs de terrain en Afrique (des responsables d’ONG, en particulier) et des développeurs d’applications pour téléphones mobiles.

Les développeurs avaient tendance à tous mettre au point le même type d’application, explique-t-on chez Vodafone. Nous avions des centaines d’application d’e-mailing, de météo, etc. En gros, ils manquaient d’imagination. Avec cette plate-forme d’open innovation, ils se voient proposer des idées d’application plus originales susceptibles de trouver un public…

Autrement dit, leurs processus d’innovation produiront moins de déchets…

Author :
Print